•  

  •   tube ecolier

    LE CARTABLE D'ANNABELLE...

    Le cartable d'Annabelle
    Aime les livres.
    Il avale en cachette
    Tous ceux de la bibliothèque.

    Le cartable d'Annabelle
    Se régale de fables,
    D'albums colorés,
    De romans policiers.

    Il connait le nom des fleurs,
    Des villes et des étoiles.
    Il n'est jamais seul,
    Il a beaucoup d'amis,
    Les livres en sont remplis.

    (Hélène BENAIT)

    séparateur

    MON CARTABLE...

     Mon cartable a mille odeurs,
    mon cartable sent la pomme,
    le livre, l'encre, la gomme
    et les crayons de couleurs.

    Mon cartable sent l'orange,
    le bison et le nougat,
    il sent tout ce que l'on mange
    Et ce qu'on ne mange pas.

    La figue et la mandarine,
    le papier d'argent ou d'or,
    et la coquille marine,
    les bateaux sortant du port.

    Les cow-boys et les noisettes,
    La craie et le caramel,
    les confettis de la fête,
    les billes remplies de ciel.

    Les longs cheveux de ma mère
    et les joues de mon papa,
    les matins dans la lumière,
    la rose et le chocolat.

    Pierre GAMARRA (1919 - 2009)

      RENTREE DES CLASSES 8c2928a8.png 

    CRAYONS DE COULEUR...

     Le vert pour les pommes et les prairies,
    Le jaune pour le soleil et les canaris,
    Le rouge pour les fraises et le feu,
    Le noir pour la nuit et les corbeaux
    Le gris pour les ânes et les nuages,
    Le bleu pour la mer et le ciel
    Et toutes les couleurs pour colorier
    Le monde.

    (Chantal COULIOU)

     

    ecolesTubes ecolier

    LES LETTRES ÉCOLIÈRES...

    Il y a A, B, C, D et le petit E
    Qui ouvrent grand leurs yeux,

    F, G, H, et I
    Restent bien assis,

    J, K, L, et M
    En font de même.

    N, O, P, Q, et R
    Apprennent à se taire,

    Mais de leur coté,
    S, T, U, V et W
    Ont le doigt levé,

    Enfin, au tableau, X, Y et Z
    Récitent sans aucune aide !

    (Christine FAYOLLE)

    RENTREE DES CLASSES

    LE DESSIN

    Sur la page de mon cahier,
    J'ai dessiné... devinez quoi !
    Sur la page de mon cahier,
    J'ai dessiné une fleur pour toi.

    Le maître a souri
    Et puis il a dit :
    "Une fleur comme ça,
    ça n'existe pas !"

    Je n'ai pas répondu.
    Il n'a pas bien vu ;
    Elle existe, je le sais,
    Puisqu'elle est dans mon cahier !

    Gilbert DELEHEDE

    Tube Ecole - school - 22

    L'ÉCOLIÈRE

    Bon Dieu ! que de choses à faire !
    Enlève tes souliers crottés,
    Pends donc ton écharpe au vestiaire,
    Lave tes mains pour le goûter,

    Revois tes règles de grammaire,
    Ton problème, est-il résolu ?
    Et la carte de l'Angleterre,
    Dis, quand la dessineras-tu ?

    Aurai-je le temps de bercer
    Un tout petit peu ma poupée,
    De rêver, assise par terre,
    Devant mes châteaux de nuées ?
    Bon Dieu ! que de choses à faire !

    Maurice CARÊME (1899 - 1978)

    MON STYLO

    Si mon stylo était magique,
    Avec des mots en herbe,
    J’écrirais des poèmes superbes,
    Avec des mots en cage,
    J’écrirais des poèmes sauvages.

    Si mon stylo était artiste,
    Avec les mots les plus bêtes,
    J’écrirais des poèmes en fête,
    Avec des mots de tous les jours,
    J’écrirais des poèmes d’amour.

    Mais mon stylo est un farceur
    Qui n’en fait qu’à sa tête,
    Et mes poèmes, sur mon cœur,
    Font des pirouettes.

    (Robert GÉLIS)

    ON NE DIT PAS

    PONCTUATIONS...

     - Ce n’est pas pour me vanter,
    Disait la virgule,
    Mais, sans mon jeu de pendule,
    Les mots, tels des somnambules,
    Ne feraient que se heurter.

    - C’est possible, dit le point.
    Mais je règne, moi,
    Et les grandes majuscules
    Se moquent toutes de toi
    Et de ta queue minuscule.

    - Ne soyez pas ridicules,
    Dit le point-virgule,
    On vous voit moins que la trace
    De fourmis sur une glace.
    Cessez vos conciliabules.
    Ou, tous deux, je vous remplace !

    Maurice CARÊME (1899 - 1978)

    RENTREE DES CLASSES

    PAVANE DE LA VIRGULE

    "Quant à moi !" dit la Virgule,
    j'articule et je module ;
    Minuscule, mais je régule
    Les mots qui s'emportaient !

    J'ai la forme d'une Péninsule ;
    A mon signe la phrase bascule.
    Avec grâce je granule
    Le moindre petit opuscule.

    Quant au Point !
    Cette tête de mule
    Qui se prétend mon cousin !

    Voyez comme il se coagule,
    On dirait une pustule,
    Au mieux : un grain de sarrasin.

    (Andrée CHÉDID)

    LITANIE DES ECOLIERS

    LITANIE DES ÉCOLIERS

    Saint-Anatole,
    Que légers soient les jours d'école !
    Saint Amalfait,
    Ah ! Que nos devoirs soient bien faits !

    Sainte Cordule,
    N'oubliez ni point ni virgule.
    Saint Nicodème,
    Donnez-nous la clef des problèmes

    Sainte Tirelire,
    Que Grammaire nous fasse rire !
    Saint-Siméon,
    Allongez les récréations !

    Saint Espongien,
    Effacez tous les mauvais points.
    Sainte Clémence,
    Que viennent vite les vacances !
    Sainte Marie,
    Faites qu'elles soient infinies !

    Maurice CARÊME (1899 - 1978)

    MON ÉCOLE...

     Mon école est pleine d'images,
    Pleine de fleurs et d'animaux,
    Mon école est pleine de mots
    Que l'on voit s'échapper des pages,
    Pleine d'avions, de paysages,
    De trains qui glissent tout là-bas
    Où nous attendent les visages
    Des amis qu'on ne connaît pas.

    Mon école est pleine de lettres,
    Pleine de chiffres qui s'en vont
    Grimper du plancher au plafond
    Puis s'envolent par les fenêtres,
    Pleine de jacinthes, d'œillets,
    Pleine de haricots qu'on sème ;
    Ils fleurissent chaque semaine
    Dans un pot et dans nos cahiers.

    Ma classe est pleine de problèmes
    Gentils ou coquins quelquefois,
    De chansons, de poèmes,
    Dont on aime la jolie voix
    Pleine de contes et de rêves,
    Blancs ou rouges, jaunes ou verts,
    De bateaux voguant sur la mer
    Quand une brise les soulève.

    Pierre GAMARRA (1919 – 2009)

    L'ÉCOLE...

     Dans notre ville, il y a
    Des tours, des maisons par milliers,
    Du béton, des blocs, des quartiers,
    Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
    Tout bas.

    Dans mon quartier, il y a
    Des boulevards, des avenues,
    Des places, des ronds-points, des rues
    Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
    Tout bas.

    Dans notre rue, il y a
    Des autos, des gens qui s'affolent,
    Un grand magasin, une école,
    Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
    Tout bas.

    Dans cette école, il y a
    Des oiseaux chantant tout le jour
    Dans les marronniers de la cour.
    Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
    Est là.

    Jacques CHARPENTREAU (1928 - 1987)

    LE CANCRE...

     Il dit non avec la tête
    Mais il dit oui avec le cœur
    Il dit oui à ce qu'il aime
    Il dit non au professeur
    Il est debout
    On le questionne
    Et tous les problèmes sont posés
    Soudain le fou rire le prend
    Et il efface tout
    Les chiffres et les mots
    Les dates et les noms
    Les phrases et les pièges
    Et malgré les menaces du maître
    Sous les huées des enfants prodiges
    Avec des craies de toutes les couleurs
    Sur le tableau noir du malheur
    Il dessine le visage du bonheur.

    Jacques PRÉVERT (1900 - 1977) - "Paroles"



    2 commentaires
  • La Folie décida d'inviter ses amis pour prendre un café chez elle.
    Tous les invités y allèrent. Après le café la Folie proposa:
    On joue à cache-cache ?
    Cache-cache ? C'est quoi, ça ? - demanda la Curiosité.
    Cache-cache est un jeu. Je compte jusqu'à cent et vous vous cachez.
    Quand j'ai fini de compter je cherche, et le premier que je trouve sera le prochain à compter.
    Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse.
     

    1, 2, 3,...la Folie commença à compter.
    L'Empressement se cacha le premier, n'importe où.
    La Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d'arbre.
    La Joie courut au milieu du jardin.
    La Tristesse commença à pleurer, car elle ne trouvait pas d'endroit approprié pour se cacher.
    L'Envie accompagna le Triomphe et se cacha près de lui derrière un rocher.
    La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient.
    Le Désespoir étaient désespéré en voyant que la Folie était déjà à 99.
    CENT ! Cria la Folie.

    Je vais commencer à chercher...
    La première à être trouvée fut la Curiosité,
    car elle n'avait pu s'empêcher de sortir de sa cachette pour voir qui serait le premier découvert.
    En regardant sur le côté, la Folie vit le Doute au-dessus d'une clôture
    nesachant pas de quel côté il serait mieux caché.
    Et ainsi de suite, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité...

    Quand ils furent tous réunis, la Curiosité demanda:
    Où est l'Amour ?
    Personne ne l'avait vu.
    La Folie commença à le chercher.
    Elle chercha au-dessus d'une montagne, dans les rivières au pied des rochers.
    Mais elle ne trouvait pas l'Amour.
    Cherchant de tous côtés, la Folie vit un rosier, pris un bout de bois et commença à chercher parmi les branches, lorsque soudain elle entendit un cri.
    C'était l'Amour, qui criait parce qu'une épine lui avait crevé un oeil.
    La Folie ne savait pas quoi faire.
    Elle s'excusa, implora l'Amour pour avoir son pardon et alla jusqu'à lui promettre de le suivre pour toujours.
    L'Amour accepta les excuses.

    Aujourd'hui, l'Amour est aveugle et la Folie l'accompagne toujours.

    3 commentaires
  • pirate

    A Toi  ma J♥'elle...

    GIF PIRATES DES CARAIBES

    En ce jour anniversaire

    Déguisé en Corsaire

    Je t’offre ces vers

    Puis en Dartagnan

    Je repousse les ans

    Et leurs outrages lents

    Me voilà Peintre Rouge

    Armé de ma gouge

    Qui sculpte ce qui bouge

    GIF PIRATES DES CARAIBESgif-johnny-depp-pirates-of-the-caribbean-Favim

    Comme le Roi Mage

    Heureux présage

    J’oublie ton âge

    A la Davy Crockett

    Je pousse la chansonnette

    Pour te rejoindre Marinette

    Finalement

    Je mens ?

    GIF PIRATES DES CARAIBES

    GIF PIRATES DES CARAIBES

    Molière ou Rimbeau

    Remballez vos mots

    Je veux juste être Moi

    Pour t’aimer juste Toi

    Alors, cela te va ?

    Je t’aime, joyeux anniversaire !

    Au moins, çà c’est sincère !

    GIF PIRATES DES CARAIBES

     pirate,océan,mer,tube

    GIF PIRATES DES CARAIBES

    Par ces quelques mots, en cette jounrée de lumière
    Je désire te redire face à tous mon souhait
    Que dure notre amitié une vie tout entière
    Car rien ne l'a froissée depuis qu'on se connaît

    GIF PIRATES DES CARAIBES

    Elle eut pu se noyer, elle eut pu s'embraser
    Les épreuves parfois séparent les âmes soeurs
    Un seul voeu aujourd'hui je voudrais formuler
    Que scintille pour toujours sa lueur dans nos coeurs


    GIF PIRATES DES CARAIBESGIF PIRATES DES CARAIBESGIF PIRATES DES CARAIBES

    Pour tant de secrets confiés, tant de larmes séchées
    Tous les mercis du monde jamais ne suffiront
    Si la peine te sermonne, tu sais où me trouver
    Si le malheur t'étreint, trouve mes consolations

    GIF PIRATES DES CARAIBES

    Marinette, mon amie, ma jolie confidente
    Par ces quelques mots en cette belle journée en lumière
    Je voudrais, afin qu'elle soit douce, qu'elle soit ardente
    Et te souhaiter encore un "Joyeux anniversaire!"

     GIF PIRATES DES CARAIBES


    anniversaire

    Marinette name graphics


    4 commentaires
  • Epoux vend epouse…

     

    A vendre, cinq shillings, ma femme, Jane Flebbarcl. Elle est bien bâtie, ferme sur ses pattes, une vraie poutre maîtresse. Elle sème et elle récolte, elle laboure et mène ses hommes, et elle tiendrait tête à n'importe quel gaillard qui tient les rênes serrées, parce qu'elle est butée comme un âne et que c'est une sacrée forte tête ; mais bien menée, elle serait douce comme un agneau. Il lui arrive de commettre des faux pas. Son mari s'en sépare parce qu'elle est trop pour lui.
    N B : Tous ses vêtements seront donnés avec elle.

    (Leeds Mercury, gazette régionale, 7 juin 1879)…

     BONSOIR A TOUTES ET TOUS

    Non, ce n’est pas une blague, mais bien une coutume observée en Angleterre à la fin du 17ème et jusqu’au début du 20ème siècle !!!
    La vente était annoncée à l’avance par voie de publicité dans la gazette locale. Elle prenait la forme d'une vente aux enchères, souvent lors d’un marché. La femme y était menée par un licol généralement une corde mais parfois un ruban, attaché autour de son cou, de sa taille ou de son bras. Le prix pouvait varier entre un verre de bière et 100 £ soit 13 000 € aujourd’hui !
    La vente d’une épouse permettait de mettre fin, par consentement mutuel, à un mariage insatisfaisant, le divorce n’étant accessible qu’aux plus riches.
    BON JEUDI !!!!
    Cette coutume, qui à l’heure actuelle peut choquer, peut se justifier et sembler moins barbare qu’elle n’y paraît.
    Tout d’abord, dans l’Angleterre de l’époque, ainsi que partout en Europe, on se mariait par obligation, convenance ou filiation, mais jamais par amour. Une fois attachée à l’époux, la femme devenait pour son mari un bien comme un autre, sans droits ni possession. L’époux en échange, devait répondre aux besoins de sa femme.
    Aujourd’hui, si mésentente il y a, les gens divorcent. Mais à l’époque géorgienne, on ne pouvait divorcer qu’en cas d’adultère avéré ou de violences cruelles et répétées. Et qui plus est, divorcer coûtait cher. Il restait donc comme solution pour les pauvres gens malheureux en amour : la fuite ou la vente aux enchères !
    BON JEUDI !!!!
    Une solution qui arrangeait aussi bien l’homme que la femme. D’ailleurs la vente ne pouvait se faire que par consentement mutuel. En général, l’époux y recourait parce qu’il avait besoin de liberté ou d’argent. Quant à la femme, il s’agissait d’échapper à la brutalité, l’alcoolisme ou la pauvre naissance de son mari. Et oui, une vente permettait souvent à la femme de s’élever socialement en étant achetée par un mari plus âgé, plus riche et de meilleure condition…

    BON MERCREDI ! BONSOIR A TOUTES ET TOUS


    5 commentaires
  • chanson de Mer...

    Ton sourire infini m'est cher
    Comme le divin pli des ondes,
    Et je te crains quand tu me grondes,
    Comme la mer.

    chanson de Mer...


    L'azur de tes grands yeux m'est cher :
    C'est un lointain que je regarde
    Sans cesse et sans y prendre garde,
    Un ciel de mer.

    chanson de Mer...
    Ton courage léger m'est cher :
    C'est un souffle vif où ma vie
    S'emplit d'aise et se fortifie,
    L'air de la mer.

    chanson de Mer...

    Enfin ton être entier m'est cher,
    Toujours nouveau, toujours le même ;
    Ô ma Néréide, je t'aime
    Comme la mer !

    (Sully Prudhomme)

     chanson de Mer...


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique